DAME BEATRIZ VICOMTESSE de DIE"IL ME FAUT CHANTER"

 La comtesse de Die fut l'épouse de Guilhem de Poitiers, dame belle et bonne. Et elle s'énamoura de Raimbaut d'Orange, et fit à son sujet maintes bonnes chansons."

Elle est parfois désignée par d'autres troubadours sous le nom de Béatriz. Elle pourrait être une descendante de familles seigneuriales du Valentinois et du Viennois Beatritz, fille de Guigues, dauphin du Viennois. Pour approfondir le mystère, sa vida nous dit qu'elle est mariée à un certain Guilhem de Poitiers! Etrange. Mais il y eut un Guilhem de Peitieus qui fut comte du Valentinois (1163-1189).

Tout aussi bien elle pourrait être Isoarda ou Beatrix, une fille du comte Isoard de Die qui serait née vers 1150 et aurait été l'épouse de Raimon d'Agout (1180-1212) qui habitait près d'Orange. Une "Beatrix comitissa" est consignée dans un document de la famille d'Hugues d'Aix datant de 1212. 

Ses cansos s'adressent peut-être à Raimbaut IV d'Aurenga (1198-1218), le fils de Guilhem III qui était le neveu du troubadour.  

On n'arrive pas à situer précisément dans le temps la vie de cette Dame. 

L'Amante passionée

 Authentique, direct, passionné, tel est son style. connaissant parfaitement bien les règles de fin' amor, elle n'offre pas ses faveurs sans soumettre son prétendant à l'assai, s'il souhaite goûter au plaisir du baizar, jazer et tener, le baiser d'amour, le coucher et l'étreinte. Aussi elle exige de lui l'obéissance absolue et affirme clairement : 

Bel ami, aimable et bon, quand je vous tiendrai en monpouvoir, que je puisse un soir me coucher avec vous, et vous donner un baiser d'amour, sachez que j'aurais grand plaisir à vous tenir dans mes bras à la place du mari, pourvu que vous m'ayez promis de faire tout ce que je voudrai...t selon les mêmes règles, elle tient à l'écart les calomnies des médisants et le mari jalouxEt vous, jaloux, mauvaise langue, ne croyez pas que je renonce, que joie et jeunesse ne me plaisent pas, pour quelque dépit qui vous en vienne !..Cette trobairitz obéit aux conventions du courtisement amoureux et aux lois de fin'amor qui sont tout aussi clairement énoncées que dans le trobar des hommes. Il y met un peu plus de passion, voire de sensualité.

Voici une de ses célèbres Cansos la plus belle sans doute

Il me faut chanter ce que je ne voudrais pas,
Je me plains tant de celui dont je suis l'amie,
Car je l'aime plus que qu'aucune chose qui soit:
Dans sa conquête ne me sert ni  Mercy ni Courtoisy
Ni ma beauté, ni ma valeur, ni mon esprit;
  Car ainsi  je me suis trompée et trahie
Comme je devrais l'être si j'étais sans grâce

De cela (une chose) me console: que jamais je ne fis de faute envers vous,
Ami, d'aucune façon
Plutôt je vous aime plus que Seguin n’aima Valence
 Et il me plaît beaucoup que je vous vainque en amour,
Mon ami, car vous êtes le plus vaillant
Avec moi vous faites le fier en discours et en actions
Et vous êtes si noble envers tous les autres gens.

 

La façon dont) votre coeur s'enorgueillit envers moi m'émerveille,
15 Ami, pour cela j'ai raison de me plaindre
Il n'est guère juste qu'un autre amour vous enlève à moi
Quoi qu'elle vous dise ou vous permette
Et je vous rappelle quel fut le commencement
De notre amour, que jamais le Seigneur Dieu ne veuille
  Que la séparation soit de ma faute.

La grande prouesse qui règne en vous-même
Et le riche  prix que vous avez m'empêchent de partir
Car je ne connais aucune (dame), lointaine ou voisine
Qui si elle veut vous aimer ne s'y incline
  Mais vous, ami, êtes si plein d'esprit
Que vous devez bien connaître la plus fidèle
Et vous souvenir de notre accord.

Mon prix et ma famille doivent avoir de la valeur pour moi
De même que ma beauté et ma dévotion 

Ainsi je vous envoie là où est votre séjour
Cette chanson, que pour moi elle soit un messager
Et je veux savoir, mon noble bel ami,
Pourquoi vous m'êtes si farouche et sauvage
Je ne sais si c'est de l'orgueil ou de la mauvaise volonté.
  Mais je veux d'autant plus que le messager vous dise
Que beaucoup de gens ont une grande damnation dans trop d'orgeuil.

relevé chez :

http://histoire-ma.chez-alice.fr/troubadours/Troubadour/Trobairitz.html

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site