LE REPOSOIR des AMANTS

Recherches….

Félix ne parle pas de l’étrange rencontre qu’il a fait à « L’Ulbénosiame » préférant pour l’instant en garder le secret . Ces jours là il passe chez Maître Aubin chercher les actes de propriété de « L’Ubénosiame » et en profite pour demander à celui-ci l’histoire du domaine . Le notaire reste évasif disant qu’il n’en sait pas plus , lui conseille de consulter les cadastres l’ancien et le nouveau ; de voir les archives départementales ; après ce bref entretien Félix prend congé .

Avec Jérôme ils partent à la recherches des traces de « L’Ulbénosiame » .

Tout y passe la récolte est nulle . Personne ne connaît ; on a oublié où les papiers ont disparus lors du déménagement de ceux-ci pour la préfecture. Certains avancent qu’ils ont brûlés au moment de la Libération par un notable dont on a oublié le nom . Aleur grande déception ils reviennent bredouilles de leur chasse aux souvenirs .

Sur ces entrefaites Jérôme est appelé dans sa famille pour réglé certains problèmes , il part un matin pour un temps indéterminé . C’est alors que Blanche conseille à Félix de consulter les registres paroissiaux. Avec Sidoine ils se mettent en campagne , mais là aussi « L’Ubénosiame » comme ceux qui y ont habité propriétaires ou locataires n’ont laissé aucune traces- « à croire que seuls des fantômes y ont trouvé asile » conclut Félix. C’est à L’Equaclub que Frédégonde leur demande s’ils connaissent le « Reposoir de Fontjoie » 

-« Un Reposoir à Fontjoie ? ce n’est pas possible tout n’y est que ruines. » répond Félix .

-« Mais si , mais si , c’est tout p’tit , cherchez bien en passant par le bois de la Loba vous trouv’rez y’a même un cimetière d’aut’fois , pouvez m’faire confiance.  J’y allé avec ma mémé» affirme t’elle , César confirme d’un hochement de tête !

Le lendemain Félix et Sidoine accompagnés de Lancelot , Vaillant et Phébus partent en quête du Reposoir dont Blanche à affirmé l’existence. Il fait trés beau , le ciel tremble d’une subtile lumière . A Fontjoie ils se reposent prés de la fontaine tandis que les chevaux et Phébus s’y désaltèrent . Puis ils s’acheminent parmi les hautes herbes , les pierres en éboulis où la nature reprend ses droits , passent devant les restes noircis de la maison de Heirtz le Bûcheron envahis de liserons et de pissenlits . Le hameau n’existe plus depuis longtemps . Mais nulle trace du Reposoir dont Frédégonde leur a parlé !

« LE REPOSOIR des AMANTS

Phébus va et vient , ils l’entendent aboyer parmi les taillis , revenant vers eux il semble les inviter à le suivre , ce qu’ils font sans hésitation .Après avoir dévalé un large fossé , ils en escaladent l’autre versant beaucoup plus haut qu’ils ne le pensaient. Phébus les attend ,à sa suite à travers les fourrés ils suivent une sente aboutissant à un petit tumulus . Stupéfaits ils découvrent« Le jardin d’Aquarelle » entourant ce qui semble être une grotte enfouie dans les fleurs et la verdure , quelques marches usées conduisent à l’entrée . Emus,Sidoine et Félix les gravissent . Au dessus de l’entrée ogivale taillée à même le roc sont gravé ces mots : « Reposoir des Amants » . La porte de bois cloutée en est ouverte….ils descendent une , deux, trois marches dans la pénombre qui baigne le lieu .

L’intérieur étroit est juste assez grand pour deux personnes. Pas d’ouverture autre que la porte .

Félix bute contre quelque chose…une pierre tombale  il allume sa lampe torche , tous les deux lisent à mi-voix les mots gravés  :

Ci-Git

Les Beaux Amants

Renald Béranger

Ménetrier

Ainçois

Sa Douce Dame

Flore Sardoine Roman .

MCC….

Quand le Temps réunira

Les derniers de la Lignée

De

Beau Loup et Douce Gemme

Par Eux tendrement aimés

Bel Amour refleurira !

Pour les Amants qui s’aiment

Au fur et à mesure qu’ils lisent le lieu est baigné d’une lumière bleutée , irisée de nacre qui persiste une fois leur lecture terminée. Eteignant la torche inutile , ils restent sans voix…

 

Les parois du Reposoir émettent celle-ci…

 -« Ce n’est pas possible ,je rêve, nous sommes dans une géode de cristal bleu Sidoine…Flore….

Flore Sardoine… il s’en faut de si peu pour que ce soit le vôtre.» murmure Félix tout retourné….Par quels étranges détours l’an mil deux cent les rattrape t’ils ?

La pierre tombale est une pierre toute simple, les lettres de l’épitaphe gravées jadis gardent leur belle ciselure . Les cristaux étincellent de mille feux . Ils restent longtemps l’un prés de l’autre.

Le chant des oiseaux ,le trémolo de la source toute proche , le frôlement de la brise tiède où s’attarde des fragrances de marjolaine les enveloppent !

La douce lumière s’estompe lentement ,seul subsiste un halo frémissant . Un peu étourdis , ils sortent pour faire quelques pas qui les conduit au sommet du tumulus couronné d’une table de pierre ancrée solidement dans le sol de ce dernier entourée d’aubépine. Tous les deux grimpent facilement sur la table , debout ils découvre l’horizon où se profile le faîtage de « L’Ulbénosiame » dont une fenêtre s’oriente vers le « Reposoir des Amants »….

Ils se regardent et restent sans voix…se pourrait il qu’ils soient prés de découvrir ce quelque chose qui les interpelle ? Dans un silence rempli d’interrogations ils redescendent . A nouveau ils reviennent prés de la pierre tombale s’y agenouillent Félix cherche la main de sa compagne

Renald Béranger…

Ménétrier

Ainçi

Sa Douce Dame

Flore Sardoine Roman

MCC

Quand le Temps Réunira

Les Derniers de la Lignée

De

Beau Loup et Douce Gemme

Par Eux tendrement aimés

Bel Amour Refleurira

Pour les Amants qui s’aiment !

Quelle émotion , que d’interrogations ces mots du temps jadis leur apportent …La Viole d’Amour gravée tout cela les touchent profondément.

Dés qu’ils ont pénétré dans le Reposoir la lumière s’est réactivée , c’est troublant.

Dans un geste d’appui Sidoine frôle la Viole d’Amour gravée…un déclic , celle ci tourne sur elle même révélant une cachette où se trouve un parchemin roulé noué d’un lacet de cuir ! Hésitant quelques secondes Sidoine le saisit doucement de crainte qu’il ne s’effrite…Tous les deux s’asseyent sur le rebord de la pierre . Sidoine avec précaution déroule, celui-ci. En traits légers presque effacés un visage s’y dessine sur le fond d’un jardin… « Flore au jardin… » y est il inscrit sur l’avers ! Ils sont stupéfaits…. .concordances des choses et des Etres dirait Blanche !

Sidoine replace le parchemin dans sa cachette qui se referme lorsqu’elle effleure la Viole d’Amour du bout des doigts. La lumière bleutée baisse pour s'éteindre quand ils franchissent le seuil du Reposoir des Amants…Félix tire la porte derrière eux , l’enclenchement de la serrure se fait à peine entendre. Personne ne pourrait deviner ce lieu sous son manteau de verdure , lorsqu’ils se retournent l’endroit est totalement anonyme ! Retrouvant leurs montures, suivis de Phébus ils reviennent à Clairval en silence . Tous les deux partagent tant d’émotions qu’ils n’ont pas besoin de paroles pour se comprendre . Un regard un sourire leur suffisent! A l’horizon le soleil se couche dans en foisonnement d’or.

L’air fraîchit ,les oiseaux rentrent aux nids tandis que les grillons accordent leur « crin-crin » pour le bal de la nuit !

Au petit trot Lancelot et Vaillant suivent Phébus sur le chemin de « L’Ulbénosiame ».

Mettant pied à terre ils désharnachent leurs chevaux puis s’asseyent sur la souche absorbés par leurs pensées qui sont les mêmes . La nuit en catimini est arrivée . Les oiseaux murmurent dans leur sommeil , la brise les frôle quand subitement des émanations parfumées les font tressaillir…Des bribes lointaines de chansons chantées par une voix féminine auxquelles se superpose les mesures ténues d’une valse sur un violon…La valse de Sibélius…

Lentement dans la même lumière bleutée du 'Reposoir des Amants' surgit un couple en costume médiéval que Félix reconnaît ! Puis un autre….un autre et d’autres encore tous vêtus selon leur époque se succèdent accompagnés des vagues musicales sous les yeux effarés de Sidoine et Félix….Puis des rires , une voix fraîche de femme chante des paroles que Sidoine reconnaît :« Reviens veux tu…. Ce n’est que sympathie…Prends ton habit scaphandrier…. »

Alors se précise une silhouette vaporeuse de jeune fille en robe de bal dansant toute seule en riant sous le regard ravi d’un jeune homme en habit dans le salon de L’Ulbénosiame en superposition sur le Jardin d’Aquarelle !

 « Ah ! c’est peut être la jeune fille du miroir » balbutie  Sidoine  tandis que s’efface en volutes moirés le charmant spectacle , la voix légère s’éteint dans le souffle de la brise……

-« Et les autres qui sont ils Félix ? »

-«  Ceux qui ont suivis dans le temps Renald Béranger et Flore Sardoine Roman … Je les ai déjà vu il y a deux soirs , je pensais avoir rêvé c’est pour cela que je n’en ai pas parlé .

Je voulais comprendre . Mais à présent je comprends. Nous étions dans une réalité alternative , comme un repli du temps parallèle au nôtre. C’est très difficile à expliquer….Toujours est il que tout en étant dans notre temps nous avons eu le privilège de pénétrer dans un autre où se rencontrent les résonances du passé , les imprégnations si vous préférez .

C’est ainsi que nous avons assistez à un tel phénomène . Sans doute la géode de cristal bleu n’y est elle pas étrangère….Vous avez remarqué comme moi l’alignement de la table de pierre au dessus de la géode avec la fenêtre de L’Ulbénosiame ? Cela pourrait expliquer le nom de la maison . Nous vérifierons avec le Jardin bleu que vous avez vu de cette même fenêtre et l’orientation du Reposoir des Amants .Sans aucun doute est ce là le « travail »d’un Alchimiste du temps de Renald…..»

L’aube pointe lorsque Félix raccompagne Sidoine. Délaissant sa chambre d’hôtel en ville il s’installe chez Zoé et Baptistin où il prend pension ; comme ça il sera tout prés de L’Ulbénosiame .

Les vacances arrivent…..  

Ils ont relatés ces événements avec force de détails à leurs amis. Chacun y va de ses idées pour tomber tous d’accord sur le fait que la géode de la grotte du Reposoir des Amants est en relation avec les phénomènes et les « mémoires » de la maison et du Jardin d’Aquarelle .

Quelque chose interpelle Félix…il a ressenti le trouble de Sidoine en lisant l’épitaphe , c’est vrai que le prénom d’une jeune femme des temps anciens ressemble à deux lettres prés à celui de son amie…mais il y a plus? Avec délicatesse il lui en parle….C’est alors que Sidoine lui explique….

La suite bientôt dans

'LE LOUP et LA GEMME'

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site