COLCHIQUES DANS LES PRES...3

L'AUTOMNE….

L’endormeuse saison prend ses aises. Suivant les jours Sidoine rencontre le vent et ses humeurs . Elle apprend à écouter ses murmures , ses grandes envolées lyriques , sa hargne .

Réticente au début de leur rencontre , la jeune femme accepte de se laisser bousculer .

Puis , charmée par cet exigeant , elle se laisse envelopper par ses fougueuses étreintes !

Le soleil moins matinal se prélasse et sort avec paresse des draps cotonneux des nuages chamarrés de blanc , de gris ou parfois de bleu selon l’humeur du Temps ,pour s'enfouir le soir venu dans les édredons de plumes chatoyantes du couchant !

Puis arrive le grand rendez-vous avec la Nuit et ses ombres bleues , ses chuchotements .

Sidoine est surprise…par le «  froufrou »velouté des ailes de la Hulotte se posant en catimini sur une branche d’arbre pour scruter les secrets de cette dernière. « Les trottes-menus » des mulots qui se pressent rentrant d’une escapade …vite ,vite avant que Dame Chouette ne les voit.

Le glapissement du renard en chasse .

Une branche qui craque , le froissement de feuilles entre les doigts de la brise font sursauter Sidoine ! Un faon apeuré traverse le sentier…..

Tant de beauté l’émerveille….

Avec Blanche et Félix elle va à la rencontre de cette Grande Dame Mystérieuse qui se fait effrayante ou charmeuse selon les vibrations de ses visiteurs .

- « Il est bon d’être attentive , silencieuse… » conseille Blanche à la jeune « Eveillée ».

 

Peu à peu celle-ci se laisse apprivoiser pour aller aux rendes-vous des Beautés qui ne se révèlent qu’à ceux qui y croit ! Sidoine s’épanouit , s’émerveille de ces découvertes si simples à portée de mains et de regards ; d’écoute du Cœur !

- « Petite , quand tu ouvres les Portes de ton Etre pour accepter ces découvertes…tu reçois au centuple ! Sans t’en apercevoir tu cultives , affines tes sens en tissant des fils de soie pour aller de l’Avant . De Découvertes en Découvertes ta vie aura et as déjà un autre Goût » lui dit ainsi «  Blanchemain » la Vieille Mère !

L’Automne va de l’avant dans un déferlement d’or de bronze , d’amarante et d’incarnat , c’est l’Eté de la Saint Martin !

- « Nous voici à la Sainte Catherine » dit Zoé un matin.

- Et alors ? questionne Sidoine .

- Alors si on en croit les Anciens…à la Sainte Catherine , tous bois prend racines ma belle .

Le moment est venu de planter arbustes , arbres et haies  » la renseigne Baptistin .

Elle s’étonne de ce savoir qui marche à travers le Temps pour Ceux qui savent l’écouter et le comprendre .

Au verger Baptistin , taille , plante avec Félix venu le rejoindre . Zoé en compagnie de Blanche font les confitures de figues ; de melon d’eau mélangé aux dernières tomates restées vaillantes au potager et qui ne mûriront plus.

Pommes , noisettes rentrent au bercail ; les unes posées sur des claies de châtaigner les autres dans des paniers plats tressés par Blanche . Elles vont « se bonifier » finir de mûrir se ratatiner en compagnie des « poirillons » au grenier dans la petite chambre réservée à cet usage .

Les unes et les autres ne paieront pas de mine mais …quelles saveurs !

Un soir avant « la soupe » Baptistin apporte une poche de papier jaune un peu taché . Il la tient avec précaution , puis dénoue le brin de raphia qui la ferme pour en sortir avec une mine de chat gourmand….une grappe de raisin toute « défeuillée »….Les grains d’ambre du fruit semblent des pierres précieuses . Il y en a cinq en tout…Sidoine n’a jamais vu pareille merveille !

- « Goûtez petite «  dit-il en lui en donnant une . Elle se sent maladroite , consciente que ce qu’elle tient du bout des doigts est la précieuse Alchimie de la treille , de la terre , du soleil , de la pluie de l’air unis au Savoir-Faire de Baptistin !

Elle détache avec délicatesse un grain ambré , le porte à se lèvres , le laisse glisser dans sa bouche…c’est rond , doux , soyeux….

Elle le tourne , le retourne avec sa langue et…claque l’écrase contre son palais ! Hum ! que c’est bon , elle se délecte de cette gorgée de nectar !

Tous attendent , sont suspendus à ses lèvres si je puis dire , retiennent leur souffle. Devant son visage ravi Baptistin ose dire :

- «  Alors Demoiselle c’est pas l’Paradis ça ?

- Hum , ah , c’est …c’est…

- Délicieux » conclut Félix .

Et Zoé de reprendre en riant et croquant d’un air gourmand les grains dorés :

- « C’est du bonheur Mam’zelle Sidoine .

Blanche conclut :

- La vie est comme ça quand on laisse faire avec soin l’opération patiente des choses où plutôt la Fusion des Choses ! »

Elle les regarde avec tendresse , ces quatre là lui sont chers !

Sidoine se sent chez elle dans cette Auberge au cœur de la nature qu’elle apprend non seulement à découvrir mais à aimer et à comprendre .

Qu’ils sont loin les baratineurs aux noms pompeux se pavanant , se bousculant , s’aplatissant l’un pour un grade , l’autre pour une invitation dans cette « Cours des miracles » que l’on appelle le Monde…le Beau Monde où tous les coups sont permis. Elle en a terriblement souffert surtout après l’absence de Grégory et de Blaise ….. Aujourd’hui c’est fini tout ça 

Quelques jours sont passés depuis la Sainte Catherine et la soirée mémorable où Sidoine a rencontré l’Ambre du Raisin .

La pluie et le vent hurleur ne l’effraient plus .

 

Elle part souvent pour de longues randonnées avec Lancelot accompagnée de Phébus un des jeunes labrador offert par Firmin….où plutôt c’est Phébus qui a choisit Sidoine avec des aboiements de joie dés qu’il la voyait….Mais fin stratège il a vite comprit qu’il lui fallait faire la conquête de Lancelot .

Depuis ils sont trois à aller en promenade . Phébus et Lancelot ne se quittent plus , dorment ensemble !Compagnons choisit librement ils forment un superbe duo qui laisse Sidoine rêveuse .

 L’un ne va pas sans l’autre . Il préféreraient se séparer d’elle plutôt que d’être éloignés l’un de l’autre!

A la fin de l’été il y eut la rencontre tendre de Lutin le Chat avec un hérisson locataire du jardin surnommé « Jo l’Epineux » par Baptistin .

Les folles poursuites du chat bondissant et de son placide co-équipier ont pris fin lorsque Jo l’Epineux eut décider que le temps d’hiberner était venu au cours de l’automne .C’est toute une cérémonie ce matin là…Lutin essaie de jouer.

A sa grande stupeur son copain se « carapate»  pour rechercher un tas de feuilles mortes sous lequel il fait son lit au creux de la terre tiède encore. D’une patte curieuse Lutin le cherche en vain...

« L’Epineux » s’est endormi jusqu’aux beaux jours . Baptistin repère l’endroit afin de ne pas déranger le dormeur lors des bêchages du jardin. Dépité , Lutin le Chat reprend son poste de sentinelle prés de la fenêtre de la chambre de Sidoine , un peu délaissé ces derniers temps . Souvent , on le voit flairer le «  lit de l’Epineux » dans le jardin . Il y fait de courtes siestes dans un rayon de soleil.

Lorsque celui-ci s’estompe , nonchalamment il revient à la maison portant dans sa fourrure fraîche et ébouriffée , l’odeur de la terre , de la pluie avec un soupçon de soleil miellé . Avec des airs de prince en exil il retrouve ses pénates en ronronnant d’aise !

Depuis quelques jours , la cheminée a reprit du service . C’est un régal pour Sidoine . Frêle citadine découvre la magie du Feu !

Un radiateur c’est confortable ,mais c’est bien loin de la danse des flammes colorées . Elle s’aperçoit que l’hiver arrive en douce… Pour la première fois depuis longtemps son cœur n’a plus froid !

La jeune femme fleurit de roses de Noël précoces le cadre d’argent posé sur son bureau où sourient Grégory et Blaise . Elle caresse d’un doigt léger et tendre les chers visages en murmurant un merci …Ils sont là au cœur de sa tendresse !

Elle vient de recevoir au courrier l’accord pour un rendez-vous concernant son travail de traductrice . Après les fêtes de fin d’année elle rencontrera les personnes intéressées .

Elle sait que « ça marchera »….Jour après jour elle se construit un nouveau chemin de vie .

Loin de la grande ville , les moyens mis à sa disposition pour son travail lui permettent d’envisager de se fixer dans cette région si belle ….quel avenir inespéré ….

« Ulbénosiame » ne la hante plus . Elle passe souvent devant l’allée de peupliers ,salue de loin la maison qui semble dormir. Elle y reviendra aux beaux jours , c’est une certitude !

Le Temps de l’Avent commence sa marche ….Sidoine se réjouit comme une petite fille de cette fête de Noël et de ses préparatifs .

L 'AVENT

 

Elle peint d’or et d’argent des pommes de pins, des noix. Accompagne Baptistin et Félix pour couper le houx . Avec Blanche elle « décortique la monnaie du pape » révélant ainsi les pastilles nacrées sur les tiges fragiles .

Ensemble elles confectionnent de magnifiques bouquets où se mêlent les immortelles , le gypsophile à la nacre des premières , avec la luxuriance des feuillages d’automne soigneusement vernis , sans oublier les têtes d’hortensia séchées « endiamantinées » de laque pailletée .

Des brins de raphia colorés enguirlandent en cascades de fantaisie les coques de 'l'Amour en cage'. Pas un seul coin où recoins qui ne soient fleuris , transformés par l’inspiration de Zoé , de Blanche , celle de Sidoine qui s’en donne à cœur joie ! Quelques jours avant Noël , Baptistin et Félix rapportent de la forêt de longues branches tortueuses d’arbres morts . Laissées dans leur naturel simplement vernies, elles sont plantées dans un énorme pot de grés rempli de sable et de galets de rivière . Enrubanné paré comme une mariée c’est un arbre de Noël peu commun et de belle allure….

Seuls trois petits sapins hauts comme trois pommes , scintillants de lumière , plantés dans des pots de terre sont conviés à la fête…..Après l’Epiphanie ils prendront leurs aises dans le grand jardin où ils couleront une belle vie .

En attendant Zoé les pose dans la véranda faisant office de jardin d’hiver . Ils y retrouvent toute une bergerie composée de bergers , de bergères de chiens sculptés , fignolés dans le bois par Baptistin . Ce petit monde là voisine avec les personnages haut en couleurs modelés et peint par Félix . Les mignonnes « poupettes » sorties comme par magie des mains de Blanches et de Zoé font parade . Toutes races mêlées au son du fifre,du tambourin, du djembé réunis c'est une joyeuse farandole autour de l’enfançon doré comme un soleil , d’une Marie amérindienne , d’un Joseph-Yogi , bergers et bergères dansent  avec les Mages enturbannés!

Les lutins , les elfes et les Anges confondus voltigent du haut en bas des rideaux de lin et des portières de perles . Toute cette fantasmagorie animée par des remontoirs , des systèmes ingénieux imaginés et créés par Baptistin et Félix fera la joie des enfants de Clairval pendant les Fêtes !

Zoé prépare les gâteaux et autres friandises …Félix projette des promenades en forêt .

Baptistin leur apprendra à tailler des sifflets , des « musiquettes » à deux sous ….Blanche leur « donnera » les moyens de créer de coquettes balancelles où prendront place des voltigeurs de carton….« Et moi ? » réfléchit Sidoine… « .ça y est j’ai trouvé » . Elle monte quatre à quatre jusqu’à sa chambre , fouille dans un de ses sacs de voyage pour en sortir triomphante une grande boite remplit de perles de rocailles , puis redescend aussi vite qu’elle est montée. Zoé trouve dans ses tiroirs aux réserves le fil de nylon et les fermoirs pour confectionner des bijoux farfelus ou raffinés pour les petites qui seront des leurs . Quel bonheur pour Sidoine d’accueillir les enfants et de leur transmettre ses secrets de « bijoutière » .

César , « Furette » et Firmin ne sont pas en reste. Par groupes de quatre ou cinq , les enfants seront invités à visiter « L’Equaclub/Refuge » .

Ils y rencontreront les Amis à quatre pattes recueillis par le trio : père , mère et fils .

Firmin fabrique des arcs miniatures et leurs flèches emplumés . Avec des écorces sèches père et fils créent des masques joyeux . « Furette » ( de son vrai nom Frédégonde ) crée avec patience dans des flacons de verre des jardins imaginaires fait de sables colorés , de minuscules graviers auxquels elle mélange des végétaux secs et ferme ces derniers avec de la cire à cacheter . Jamais Sidoine n’a participée à de tels préparatifs .

Avec des choses simples , de l’adresse , de l’imagination et beaucoup d’amour pour ceux à qui ils sont destinés….Tous fignolent , cuisinent , rajoutent qui un peu de sel , une pincée de paprika une épingle ou un ruban selon ce qu’ils font ! Coloquintes , oranges piquées de clous de girofles dites « Pommes d’Ambre » se tiennent compagnie dans des coupes de paille garnies de mousse . Noix et noisettes dorment dans des corbeilles d’osier ou de joncs tressés . Les bougies colorées se pavanent dans des verres remplis d’eau et n’attendent qu’un craquement d’allumette pour s’enflammer.

 Les jours filent vite . Le froid s’installe , tout d’un coup il gèle dur….A la tombée de la nuit en cette veille de Noël ils se font tous beaux….Il n’y a pas de Messe…la petite église de Clairval ne résonne plus de chants depuis les changements !Le vent se lève rageur et coupant comme un rasoir

 Le carillon accroché sous le porche de l’Auberge  tintinnabule sous ses assauts                                                   .

 

Baptistin allume le Fanal , la flamme dorée danse bien à l’abri derrière le verre de celui-ci…Carillon et fanal sont de la fête aussi !

Sans bruit la neige emmitoufle la nature…..

DOUCE NUIT..

 

En ce soir de Noël ils sont réunis autour de la table. Sidoine est séduite par tant de simplicité , de bonne humeur ….Ils veillent longtemps. Lorsque la jeune femme rejoint sa chambre elle s’endort sitôt couchée . Lutin se blottit contre elle le museau enfouit dans la chevelure de Sidoine….

Le lendemain , elle retrouve Lancelot , Félix et Vaillant. Accompagnés de Phébus ils font une longue promenade pendant que les enfants envahissent l’Equaclub et L’Auberge . Ensemble ils vont à l’étang brillant de gel, l’herbe gelée crisse sous les sabots des chevaux . La hutte de branchage est encapuchonnée de givre . A leur retour le Club a retrouvé son calme .

Après avoir bouchonné et soigné leurs montures , Furette les invite à entrer . La vaste salle basse sent la cire et la tarte aux pommes caramélisées .

Devant un café bien chaud ils se régalent . César et Firmin parlent chevaux et chiens avec Félix .

Dans une des chambres hautes Furette montre à la jeune femme émerveillée les précieuses broderies et dentelles faites par se aïeules .

La nuit arrive vite Sidoine et Félix repartent tous les deux rejoint par Phébus tout émoustillé par le froid .

- « Vaillant étant avec Lancelot , il se sent libre à présent que son copain a un partenaire » explique Félix a sa compagne un peu inquiète de la réaction de Zoé et Baptistin peuvent avoir en voyant le chien. Et Lutin le Chat comment va-t-il réagir ? Pense t’elle . Ils marchent d’un bon pas côte à côte . Le sol est glissant Sidoine dérape vite rattrapée par Félix. Elle s’agrippe a son bras solide et c’est bras dessus , bras dessous qu’ils rentrent à l’Auberge . Phébus est accueilli avec force caresses par Zoé et Baptistin . L’attitude de Lutin les surprend….à pas de velours il s’approche du chien assis ; ce dernier le regarde avec surprise , penche la tête sur le côté …

Le chat frotte la sienne en ronronnant contre les pattes de ce visiteur inconnu . Phébus séduit se couche sur le seuil de l’entrée en posant sa tète sur ses pattes avant…Lutin se love contre lui .

Les uns et les autres sont stupéfaits ….

-« Allez rentre Phébus » à ces mots prononcés par Baptistin , le chien se lève et grand seigneur fait son entrée précédé par Lutin…Un habitant de plus est à l’Auberge ! Cette période de fin d’année est fructueuse en visites joyeuses ! Sidoine et Félix se racontent un peu plus . C’est ainsi qu’elle apprend qu’il est professeur d’Histoire Ancienne  actuellement en congé . Il est amoureux fou de la forêt et en plus passionné « d’Elficologie » ! Contes et Légendes n’ont pas de secrets pour lui.

Sa rencontre avec Heintz le Bucheron n’est pas étrangère à son étrange passion .

C’est un « Rêveur de Fées » commente Blanche. Il coure les brocantes et les antiquaires…Va à la rencontre des personnes âgées qui gardent mémoire de ces souvenirs . Il décrypte les vieux bouquins l Mise en confiance , Sidoine se découvre ; parle de Grégory et de Blaise en mots pudiques . Félix l’écoute sans la presser de questions….ils ont le temps de se connaître !

Lui aussi est seul , célibataire par conviction .Les rencontres ne lui ont pas manquées , mais pour l’instant il n’a pas encore rencontré celle qui fera battre son cœur ! Sidoine le touche , l’émeut ; il la sent fragile blessée . Sans s’en apercevoir il s’institue son Chevalier , il la trouve si jeune du haut de sa quarantaine bien sonnée ! Elle lui est reconnaissante de sa délicatesse et se sent si petite avec ses trente ans . Elle le trouve séduisant , un peu intimidant et ne sait quel âge lui donné . « Après tout l’âge qu’est ce que ça peut faire ça veut rien dire » comme dit Zoé avec sa faconde habituelle , alors qu’elles bavardent !

LE PRINTEMPS...

Ainsi à pas menus le Temps les amène en Février avec la Chandeleur et ses crêpes .

Blanche en profite pour expliquer à Sidoine que cette fête pour les Anciens se nomme « Imbolc » la fête de la Pomme de la Connaissance quand autrefois le Druidisme et sa Sagesse se pratiquaient . La vieille Tradition est encore parmi nous en sens caché . Cela laisse Sidoine rêveuse…Elle voudrait bien savoir ; mais a comprit que la patience est nécessaire et qu’insensiblement elle comprendra .Blanche-Main et Félix Leménétrier en savent bien plus qu’elle ne le pensent…Ils sont discrets et c’est bien !

Le froid sévit encore Le vent cinglant la surprend par ses assauts alors qu’elle se promène avec Lancelot et Phébus . Elle remonte son col , baisse son chapeau de feutre sur son front . Sa surprise est grande lorsqu’en passant devant l’allée de peupliers elle voit la barrière de la Maison Oubliée ouverte , et Félix qui enlève les branches cassées par le vent…Elle est interloquée…

La pluie de neige fondue arrivant Lancelot l’emporte au galop !

Quand elle arrive à l’Auberge , Blanche vient d’arriver ; Félix les rejoignant s’adresse à Sidoine

-« Bonjour Demoiselle , vous avez eu l’air surpris en me voyant à « L’Ulbénosiame »…

J’ai une grande nouvelle à vous annoncer…j’en suis le propriétaire ! Jusqu’à présent je n’en ai pas parlé tant que tout n’était pas réglé .

A présent c’est chose faite . C’est une longue histoire . Cette nouvelle la réjouit ; elle aurait été bien déçue si cette dernière était devenue la propriété de quelqu’un d’autre . Ils parlent tous à la fois , Sidoine en est toute étourdie .

Elle attend depuis bientôt une année et pense qu’elle peut patienter encore un peu avant de découvrir l’histoire de la maison abandonnée .

La jeune femme a bien changée depuis son arrivée à Clairval …elle ne regrette pas les journées solitaires , les longues randonnées . Pas plus que la persévérance et la patience qu’il lui a fallu pour être en harmonie avec la Nature si belle et mystérieuse . Le summum est le cadeau magnifique de l’Amitié donnée partagée . Mentalement la jeune femme compte ce qu’elle a découvert avec et grâce à ses Amis : l’Ecoute le Regard , le Ressenti….la Confiance…

Ils lui ont apprit à S’Aimer ! Le Vent est devenu son ami . La pluie sa compagne lors des longues attentes dans la hutte . Le miroir de l’Etang lui a révélé les « Damiselles de l’Eau » !

Aux « Ronds des Fées » elle a su patiemment attendre avant l’aurore la danse lumineuse des Elfes . Toutes ces Rencontres lui ont permis d’entrer en « Féerie » ! Comme il lui a été nécessaire cet apprentissage qui ne se termine jamais d’après BlancheMain .

Confiante elle attend que « Le Ménétrier lui conte l'histoire de 'L'Ulbénosiame'!Patiente elle jubile à la perspecive de la Ré-Ouverture du Monde prestigieux de l'Ailleurs .Avec eux tous elle pressent qu'elle va être encore plus « Enfaytée »et sera plus à l’écoute de l’Instant-Présent autrement dit l’Instant-Cadeau (puisque un cadeau c’est aussi un présent) précieux entre tous !

Sidoine lancera des fils d’argent en accord avec l’En-de-ça de l’Au-de-Là . Peut être ouvrira t’elle les Portes Secrètes de la Maison Bleue de Félix si le Maître des Aîtres de celle-ci le lui permet

Avec cette permission Sidoine pourra passer , aller et venir sur d’autres Harmoniques ; faire d’autres Rencontres sur des Résonnances plus subtiles que les nôtres. Elle espère recevoir l’Enseignement de l’Esprit de l’Oiseau dans la Pluie des Etoiles !

                                                

Ainsi se termine  cette seconde partie ! Sidoine vous donne rendez vous dans celle de' L'Arrière Saison' à bientôt....

                                                          Chanteplume

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×